Thanh Nghiem pour le partage des savoirs

Thanh Nghiem est diplômée de l’école des Mines et de l’Institut européen d’administration des affaires. Après avoir été la première femme directrice associée du cabinet McKinsey en France, puis directrice stratégique du groupe Suez-Ondeo, elle décide de quitter le milieu des grandes entreprises afin de se consacrer à l’accompagnement de projets novateurs pour l’intérêt général et développer l’accès au libre savoir.

Au sein de groupes de réflexion autour du besoin d’évolution des consciences comme celui des crapauds fous, Thanh nous a présenté durant l’évènement de présentation du collectif du 100ème singe du 8 juillet dernier, les axes principaux abordés par son groupe d’étude réunissant plus d’une trentaine de personnes d’horizons différents qui s’est réuni à la Fondation des Treilles pour rédiger le manifeste du crapaud fou.

Cette expression explique la survie d’une espèce grâce à un changement de comportement. En effet, le crapaud fou permet la survie de ses pairs du fait que le batracien ne suive pas ses congénères lors de la migration reproductive stéréotypée les amenant parfois à succomber en cas d’obstacle tel qu’une route.

Ce groupe de réflexion s’est donné pour objectif de faire face à 3 tsunamis identifiés :

  • Un tsunami écologique planétaire où le changement d’équation peut s’opérer avec l’aide du développement de nouveaux modèles collaboratifs pour la sauvegarde de l’environnement.
  • Un tsunami d’une société de post-vérité par les réseaux sociaux dont 70% des informations proviennent d’internet mettant en danger la démocratie puisque des sociétés sont créées principalement aux Etats-Unis pour lancer de fausses informations dîtes « fake ».
  • Un tsunami technologique par le déploiement du machine learning dans les grandes multinationales telles que les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft). En effet, Google développe depuis 2016 des machines apprenant toutes seules en analysant tout le Data faisant des utilisateurs d’internet des cibles de la société de consommation. Le risque réside dans le fait que les machines n’ont pas d’éthique mais aussi que l’intelligence artificielle dépasse celle de l’homme.

Thanh exprime son inquiétude concernant les recherches de développement d’applications dont l’objectif est de provoquer la dépendance de l’utilisateur. Elle rappelle le combat de nombreux groupes tel que celui initié par Olivier Sichel qui a ainsi permis d’infliger au groupe Alphabet comprenant Google Shopping une amende de 2,42 millards de dollars après 7 ans de lutte.

L’objectif de ces groupes de réflexion est donc de répondre au besoin d’un changement de niveau de conscience dans le déploiement de réseaux collaboratifs. Le fruit de cette collaboration s’est concrétisé à travers la rédaction d’un manifeste accessible en open source.

Le collectif du crapaud fou s’accorde à dire, comme Seth Goding, auteur et conférencier américain, ancien responsable du marketing de Yahoo, que la culture doit être changée par une cohorte de personnes passionnées en utilisant une méthodologie de travail collaboratif.

Thanh a été sensible à l’appel du Dalaï Lama qui déclarait durant l’été l’importance et la responsabilité de la France dans le changement des consciences dans son rayonnement idéologique lié à son histoire et à son inspirante déclaration des droits de l’homme.

Ce type d’organisation est déjà en expérimentation avec pour objectif la conception libre et durable d’outils liés à internet pour servir l’intérêt général.

Synthèse des propos recueillis durant l’évènement du 8 juillet 2017 organisé par le collectif du 100e Singe.